routes du Sud

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

ROUTES DU SUD

 

Quand je pars de Paris

Dans ma clio avec boite auto……

Pour retrouver le sud

Et son climat moins rude

Je délaisse l’autoroute

Et ses péages qui coûtent

Pour les routes nationales

Superbes et moins banales

 Image Hosted by ImageShack.us

Et loin des gros camions

Ou de l’excitation

Des voyageurs pressés

D’être très vite arrivés

Je promène mon regard

Découvrant au hasard

De jolis paysages

Dans une conduite plus sage

 Image Hosted by ImageShack.us

Profitant de la vie

Au gré de mes envies

Je flâne entre deux villes

Sans trouver difficile

De rallonger ma route

Toujours libre à l’écoute

Des panneaux qui m’invitent

A visiter leurs sites

 Image Hosted by ImageShack.us

C’est donc en deux journées

Après avoir dîné

Dans une cité nouvelle

Différente de celle

Où la dernière fois

J’avais aimé un toit

Qu’enfin bleue me renaît

Belle Méditerranée

Sergio

 

Image Hosted by ImageShack.us

Bientôt mon anniversaire ( le 23 Août )

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us

Chemins de l’enfance

Image Hosted by ImageShack.us 

Quand on revient
sur les chemins de son enfance
on ne s’y reconnaît plus
tout nous semble si petit
à la fois semblable et différent
qu’on a du mal à retrouver nos traces
ce chêne énorme dans lequel on grimpait
est devenu cet arbre qui ombrage la rue
et auquel on ne prêterait aucune attention
s’il ne nous avait jadis appartenu
et auquel s’accrochent des souvenirs
des morceaux de notre vie
celui d’une fessée bien méritée
pour l’avoir escaladé
celui de cuisses égratignées
pour avoir en toute vitesse
glissé le long de son tronc
avant de prendre la poudre d’escampette
la mémoire a tout déformé
les distances ne sont plus les mêmes
ni les odeurs ni ce que l’on ressent
la vie les a vidés de leur visage d’antan
Image Hosted by ImageShack.us

On se souvient
on ne se souvient plus
la rue on la reconnaît bien
mais ce n’est pas celle où l’on a vécu
on s’y sent étranger
on a l’impression de déranger
alors qu’autrefois on était maître des lieux
de notre château qu’était ce chêne noueux
aujourd’hui d’autres gamins y jouent
aux vassaux fidèles et aux grands seigneurs
ils ne savent pas que très bientôt
ils iront très loin
ils iront ailleurs
rejoindre le monde des grands
et que peu à peu s’estomperont
leurs souvenirs d’enfants.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 Bien à vous……………………..SERGIO 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us 

POUR ETRE HEUREUX….

Il ne faut que des fleurs ,
Un filtre de soleil
Et quelques graines de bonheur
Le chant des oiseaux
Le toit d’une maison
Et la brise du vent

Pour être heureux

Il faut s’entourer de vertu
S’emmitoufler d’amour
Se nourrir de passion
Prendre dans sa main celle d’un être cher

Pour être heureux

Il faut regarder le ciel
En oubliant la terre
Fermer les yeux sur le passé
Pour les ouvrir sur le rêve

Pour être heureux

Il ne faut plus penser
Que l’on puisse être malheureux
Pour être heureux
Entre-nous…… il nous faut si peu

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Toi qui me ressemble

O toi qui me ressemble tant
Rien ne pourra nous séparer
Ni la distance ni le temps.
Notre amitié
Survivra à l’éloignement
Chaque jour plus belle et plus forte.
Mon frère, ma soeur…
Si loin de mes yeux mais si près de mon coeur
Quand passeras-tu le seuil de ma porte ?

Nous rencontrons des gens dans la vie
puis un jour ils sont nos amis
Quelque fois nous découvrons à l’intérieur d’eux
ce que c’est le bonheur d’être heureux
Même que souvent ces personnes
       ont pour mission de nous faire entendre raison
Ces être humains nous donnes l’espoir
de voir la clarté dans le noir
Les vrais amis ont une oreille bien
attentive, apprendre à les écouter
nous aides à avancer
Nous partageons avec ces merveilleuses personnes
nos plus grande passions
qui nous donnes tant d’émotions
Pour nous cette amitié vaut son pesant d’or
car elle nous apporte tant de trésors.
Voilà le vrai sens de l’amitié durable entre de véritables amitiés.

Amitié ,

 

SERGIO

Image Hosted by ImageShack.us

Publicités

Mon Père à moi

 

 

 

 

Mon Père à moi 

 

Lorsque j’étais enfant, et que, assis à califourchon

Sur le cadre du vélo, les mains crispées au guidon,

Mon père, m’emmenait avec lui, au jardin potager,

Situé tout à l’autre bout du village, en fin de soirée,

Après sa longue journée de travail à la pharmacie.

 Que j’étais fier de parcourir la grande rue ainsi.

Il me semblait que j’étais seul le pilote de ce vélo,

Et que sur les trottoirs, les gens me criaient bravo.

Pendant un  instant je me prenais pour un champion,

Porté dans un autre monde, jusqu’au retour à la maison.

 Je crois que mon père lui-même, était très heureux,

De ces moments que nous vivions tous les deux.

Il était très doux, très tendre, très attentif et patient,

Et n’hésitait pas à prendre avec moi un peu de temps.

 Je me souviens, encore plus petit, assis sur ses genoux,

Il me grattait dans le dos de ses doigts très doux,

Car il savait que ce câlin préféré me transportait

Sur un nuage, et que doucement mes yeux se fermaient.

 Que c’était bon, et agréable de sentir cette affection,

De sentir son souffle sur ma nuque, et sa respiration.

De toute ma jeunesse, je n’ai que de bons souvenirs,

De ce père qui m’a choyé et aimé en me voyant grandir.

 

J’en suis toujours très fier, lorsque l’on parle de lui,

Et je pense que je n’ai  qu’un seul regret aujourd’hui,

C’est de ne pas lui avoir assez dit combien je l’aimais.

Car, après tant d’années passées, le petit garçon que j’étais,

Se souvient, de ces beaux moments écoulés, avec nostalgie,

Et n’oubliera jamais qu’il a eu la chance d’avoir un papa chéri.

Sergio  

Blog à visiter

 

 

 

  harmonynicolefrance.spaces.live.com 

 

Mon monde bleu

 

 

Quand j’ai regardé dans le bleu de tes yeux,

Mon Dieu, le monde est devenu tout bleu,

Un doux sourire est venu éclairer ton visage,

Ce ne devait être qu’un très bon présage.

 

Dans ces doux yeux bleus mirifiques,

Je rêve, je m’étourdis, c’est féerique,

Avec mes pauvres yeux si gris,

Je te regarde, ton regard n’est pas terni.

 

 Image Hosted by ImageShack.us

 

Tes yeux se fondent dans le bleu des cieux,

Deux beaux saphir qui brillent de mille feux,

Le soleil joue avec le vert de la bruyère,

Tout en toi resplendit dans cette lumière.

 

Tes éclats de rire sont très contagieux,

T’écouter me rend tellement heureux,

Avec toi, le monde devrait être meilleur,

Chaque individu pourrait vivre sans peur.

 

Image Hosted by ImageShack.us 

 

Le soir tu m’offres tes yeux bleus verts,

Exauçant mes suppliques, mes prières,

Quand tu regardes mes yeux si gris,

Mon cœur bat pour toi au-delà de l’infini

Sergio

 

Juste moi et bonne fête aux Papas

Bonjour, La Flèche s’éveille.

 

harmonynicolefrance.spaces.live.com 

 

Il est 8 heures :
La nuit s’est enroulée autour de la Lune
Et l’entraîne à un autre rendez-vous
A l’autre bout de la planète,
Tandis que le Soleil, son amant infidèle,
S’apprête à faire son apparition à l’horizon.
Pour lors, la ville baigne dans le halo des brumes matinales.
Enfin, les ombres reculent et font place au jour :
Dans la fraîcheur du petit matin, La Flèche  s’éveille.

Bisous

Sergio.

 

Juste moi.

 Ce n’est pas facile d’ouvrir son cœur,

Beaucoup de sentiments qui nous font peur.

 Pas facile de trouver les bons mots,

Plus difficile encore quand on a le cœur gros.

 C’est plus facile de porter nu masque,

Mais au fil des jours ça laisse des traces.

 Le reflet de l’âme est si beau,

Quand on laisse tomber le rideau.

 Il faut vivre au naturel,

Car la vie est si belle.

 Quand les mots viennent du plus profond,

Ne chercher pas plus loin, c’est si bon.

Sergio

 

 

 

 

 

Mon Père à moi 

 

Lorsque j’étais enfant, et que, assis à califourchon

Sur le cadre du vélo, les mains crispées au guidon,

Mon père, m’emmenait avec lui, au jardin potager,

Situé tout à l’autre bout du village, en fin de soirée,

Après sa longue journée de travail à la pharmacie.

 Que j’étais fier de parcourir la grande rue ainsi.

Il me semblait que j’étais seul le pilote de ce vélo,

Et que sur les trottoirs, les gens me criaient bravo.

Pendant un  instant je me prenais pour un champion,

Porté dans un autre monde, jusqu’au retour à la maison.

 Je crois que mon père lui-même, était très heureux,

De ces moments que nous vivions tous les deux.

Il était très doux, très tendre, très attentif et patient,

Et n’hésitait pas à prendre avec moi un peu de temps.

 Je me souviens, encore plus petit, assis sur ses genoux,

Il me grattait dans le dos de ses doigts très doux,

Car il savait que ce câlin préféré me transportait

Sur un nuage, et que doucement mes yeux se fermaient.

 Que c’était bon, et agréable de sentir cette affection,

De sentir son souffle sur ma nuque, et sa respiration.

De toute ma jeunesse, je n’ai que de bons souvenirs,

De ce père qui m’a choyé et aimé en me voyant grandir.

 

J’en suis toujours très fier, lorsque l’on parle de lui,

Et je pense que je n’ai  qu’un seul regret aujourd’hui,

C’est de ne pas lui avoir assez dit combien je l’aimais.

Car, après tant d’années passées, le petit garçon que j’étais,

Se souvient, de ces beaux moments écoulés, avec nostalgie,

Et n’oubliera jamais qu’il a eu la chance d’avoir un papa chéri.

Sergio

 

Pâques et les hirondelles le premier Mai

 

 

 

Bonne fêtes pour le 1er Mai 

 

 

L’origine du 1er Mai 

1887


11

novembre

 

 

Les pendus de Chicago à l’origine du 1er Mai

 

 

Le 11 novembre 1887, cinq anarchistes sont condamnés à mort et pendus, accusés à tort d’avoir participé aux émeutes du 1er mai 1886, à Chicago. Ce jour-là, les syndicats américains et le journal anarchiste The Alarm  avaient appelé à la grève pour la journée de 8 heures. 340 000 salariés paralysent près de 12 000 usines à travers les États-Unis. Le mouvement se poursuit les jours suivants. Le 4 mai, tout Chicago est en grève et un grand rassemblement est prévu à Haymarket dans la soirée. Alors que celui-ci se termine, la police charge les derniers manifestants. C’est à ce moment-là qu’une bombe est jetée sur les policiers, qui ripostent en tirant. Le bilan se solde par une douzaine de morts, dont 7 policiers. La presse se déchaîne contre le péril rouge et la loi martiale est déclarée. Trois ans plus tard, en 1889, le congrès de l’Internationale Socialiste réuni à Paris décidera de consacrer chaque année la date du 1er mai : journée de lutte à travers le monde.

 

 

 

 

Visitez ce site très intéressant

 

harmonynicolefrance.spaces.live.com 

 

 

 

SOUVENIR DE PAQUES

Changeons les traditions
Un peu de folie !
Croquons ces œufs interdits
Doux comme des bonbons

Présentés aux papilles des Grands
Sans pouvoir y toucher
Juste le droit de les cacher
Pour plaire aux enfants

Pâques réveil en nous
Nos alléchant souvenirs
Avec tous nos rires
Quand nous dégustions tout.

Quand papa, maman
Grand mère ou grand père
Nous préparaient si fièrement
Pour cette fête si populaire
de la chasse au chocolat.
des œufs, des cloches, des cocottes
en veux-tu, en voilà

dans les herbes hautes
du bois, ou du jardin.
Nous courions gamin
Les bras chargés de cet Or
Si difficilement débusqué

Ce si goûteux trésor !
dont on se rappel encore
sans le moindre effort

pourtant ce film si réel me saisi
quand l’intrigue charmante devient un cri
et me ramène aux bêtises commises
Devant toutes ses friandises
Goulus et impatients

Nos ventres devenaient menaçants
D’avoir tout dévoré
Sans attendre un instant.

Mais soyons fous
Pardonnons nous
Toutes ses maladresses

Puisque l’essentiel
C’est que la fête
Eut été belle.

Laissons aux enfants cette innocence
Cette insouciance
pour ce jour bénit
et vive la vie !

 

Pâques

 

 

Au bord du toit, près des lucarnes,
On a repeint les pigeonniers,
Et les couleurs vives vacarmes
Depuis les seuils jusqu’aux greniers.

Et c’est le vert, le brun, le rouge,
Sur les pignons, au bord de l’eau,
Et tout cela se mire et bouge
Dans la Lys, la Durme ou l’Escaut.

 

On bouleverse les cuisines :
Des mains rudes, de larges bras
Frottent les antiques bassines,
L’écuelle usée et le pot gras.

Sur les linges, les draps, les taies,
Qu’on sèche à l’air vierge et vermeil,
Pleuvent, partout, le long des haies,

Les ors mobiles du soleil.

Là-bas, au fond des cours, s’allument
Faux et râteaux, coutres et socs;
Comme de hauts bouquets de plumes
Sur les fumiers luisent les coqs.

Pâques descend sur le village :
Tout est lavé, même l’égout;
Et l’on suspend l’oiseau en cage,
Près de la porte, à l’ancien clou.

Bonnes Fêtes

 

Sergio

 

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us 

 

Le retour des hirondelles

 

"L’hirondelle aux champs,
amène joie et printemps".

Ce proverbe illustre la portée allégorique du retour de ce petit oiseau. Les hirondelles, qui ont migré en octobre vers des températures africaines plus clémentes, reviennent d’hivernage dans les premiers beaux jours pour nicher et se reproduire en Europe. Elles peuvent parcourir plus de 10 000 Km en tout pour retrouver le lieu précis où elles nichaient l’an passé. Hirondelles rustiques, de fenêtre ou de rivage, de rochers, ou rousselines, ce sont les cinq espèces nichant en France.

 

L’hirondelle

Du haut de sa branche elle scrute l’horizon ,

Le ciel bleu, limpide et tellement inaccessible

me donne envie de m’envoler.

Moi, l’hirondelle aux ailes coupées,

je ne peux espérer un quelconque envol vers la liberté,

vers ce ciel bleu si attirant ni espérer redescendre sur terre

et fouler le sol ferme.

Je suis condamnée à demeurer sur cette branche

entre le ciel et la terre,

le restant de mes jours peut-être…

Pourrai-je un jour prendre mon élan

et rejoindre l’immensité bleu?

Pourrai-je retrouver mes semblables

avide de liberté et d’aventures,

où devrai-je passer toute ma vie,

perchée sur cette branche qui m’a tant secourue?

 

Je ne saurais le dire.

Tout ce que je sais,

c’est que l’hirondelle remercie le ciel

pour sa limpidité qui l’aide à supporter,

la terre pour son humidité

qui lui redonne confiance

et la branche mère qui la soutient toujours!

Sergio

Le printemps 2010

   

 

 

MERCI  HARMONY  POUR CE PRESENT

Son lien..Dessous

 

 

harmonynicolefrance.spaces.live.com

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

 

Image Hosted by ImageShack.us 

 

Le retour des hirondelles

 

"L’hirondelle aux champs,
amène joie et printemps".

Ce proverbe illustre la portée allégorique du retour de ce petit oiseau. Les hirondelles, qui ont migré en octobre vers des températures africaines plus clémentes, reviennent d’hivernage dans les premiers beaux jours pour nicher et se reproduire en Europe. Elles peuvent parcourir plus de 10 000 Km en tout pour retrouver le lieu précis où elles nichaient l’an passé. Hirondelles rustiques, de fenêtre ou de rivage, de rochers, ou rousselines, ce sont les cinq espèces nichant en France.

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

Le 1er Mai

C’était aussi le jour du muguet porte-bonheur! …

C’était l’occasion de rencontres fortuites ou arrangées entre gens de hameaux voisins. 

Quel plaisir de s’égailler sous les futaies et taillis, de s’y perdre et de rapporter un gros bouquet de ces clochettes odorantes ! Que d’idylles aussi se sont nouées à la recherche d’un brin de muguet! … "

 

 

 

 

PRINTEMPS 2010

Odeurs enivrantes des fleurs,
Marquant l’hiver qui se meurt,
Quand mille petites corolles
Poussant l’humus, sortent du sol.
Image Hosted by ImageShack.us
En grappes parme, la glycine
Sur les murs tombe, se dessine.
Grande douceur, froid qui s’étiole,
Sous le couplet du rossignol.

Peintre mettant taches de vert
Partout sur la palette terre,
Revoilà le joli printemps,
Fidèle à l’horloge du temps.
Image Hosted by ImageShack.us

Des blanches effluves du jasmin,
Mettant en senteur nos matins,
Des tapis mauves couvrant sous-bois,
De violettes en vagues de soie !
Tu es la première fraise, goûteuse,
Pourpre, parfumée et juteuse,
Ressemblant à reine qui naît
Fondante au fond de mon palais !

Sève qui bouillonne, effervescence,
Lorsque tu réveilles nos sens.
Image Hosted by ImageShack.us

Pourtant joli printemps,
Sous tes tapis d’Orient,
Des corolles de sang,
T’entachent cruellement.
Jeunes graines qu’on enterre,
Pour peuple qu’on libère ;

Printemps deux mille dix,

      Crois-moi, tu es triste…

Fin.

Bonheur

 

 

 

Appuyez sur échappe et  clicquer sur l’image pour visiter 

Clic

hébergement gratuit de photos & vidéos avec www.photomania.com

Envoyer des coms svp, merci

 

Les lumières de l’amour

 

 

Nous faisons tous

Le geste d’allumer la lumière quand le soir tombe.

Mais il y a une lumière qui est au fond de nous et qui éclaire

notre vie chaque jour qui passe.

Elle est personnelle.

Personne ne la voit mais elle est là qui

"BRILLE"

 

Elle est dans nos gestes,

Notre regard remplit de tendresse, un mot dit avec amour.

Elle est aussi celle qui encourage la personne qui subit des épreuves.

La lumière de l’amour ne s’explique pas mais se vit intensément.

 

 

La lumière de l’amour éclaire chaque jour nos pas pour

avancer sur le chemin de la vie.

La lumière de l’amour n’a pas de forme elle vit tout simplement…

Chacun la choisit comme il le ressent

 

Si vous trouvez la lumière de l’amour dans votre vie ouvrez votre cœur pour la laisser entrer.

 

Lumière de l’amour toi qui fait partie de ma vie

 ne part jamais et avec les mots de

 Ce texte va rejoindre celui ou celle ,

qui en a besoin en lui donnant l’envie ,

de la connaître pour la transmettre à son tour.

Tu es dans ma vie comme l’arc-en-ciel, pleine de couleurs merveilleuses.

Tu es là j’ai besoin de toi pour continuer ce que

j’ai à vivre car tu remplis mon  âme  de bonheur.

 

Je souffle pour que la lumière de l’amour touche d’autres

lumières pour faire une

"Grande lumière de l’amour" afin qu’elle rayonne de mille

feux dans le ciel comme les étoiles qui miroitent le soir

lorsque la nuit est tombée.

 

Lumière de l’amour envole-toi…

Va rejoindre les autres lumières.

 

Bonne Journée

Sergio

 

 

 

  Image Hosted by ImageShack.us

  Bisous 

 

– Les 10 commandements des vacances :

 

Commandement N°1 : A prendre du bon temps tu penseras,

Commandement N°2 : Tes doigts de pieds en éventail tu mettras,

Commandement N°3 : Un beau maillot de bain tu porteras,

Commandement N°4 : De la crème solaire partout tu étaleras,

Commandement N°5 : Tes copains/copines tu n’oublieras pas,

Commandement N°6 : Les bons moments tu photographieras,

Commandement N°7 : Même sous la pluie, le sourire tu garderas,

Commandement N°8 : Faire des excès tu éviteras,

Commandement N°9 : A la rentrée tu ne penseras pas,

Commandement N°10 : Ton blog tu n’oublieras pas,

                  

Bonnes vacances…   Sergio.

Bonheur

Image Hosted by ImageShack.us 

Comme une perle de lait
Comme le printemps de la vie
Comme les couchers de soleil de l’été
Je le ressens

Comme un ciel fleuri
Comme l’herbe fraîche
Comme un bonbon à la menthe
Je le ressens

Image Hosted by ImageShack.us
Comme un nuage de coton
Comme une douce brise d’été
Comme une plume sur la peau
Je le ressens

Comme la lumière d’un visage
Comme le calme de la mer
Comme le silence
Je le ressens

Image Hosted by ImageShack.us
Comme la fleur des ans
Comme des larmes de bonheur
Comme l’amour

Je le ressens. 

Fin

 Sergio

Image Hosted by ImageShack.us

Bi-centenaire de pompier

 

 

Cliquer sur l’image ci-dessous 

hébergement gratuit de photos & vidéos avec www.photomania.com

 

 

Sergio vous souhaite

   Image Hosted by ImageShack.us

 Image Hosted by ImageShack.us
 Image Hosted by ImageShack.us
 
 
Image Hosted by ImageShack.us
 
2010 
Image Hosted by ImageShack.us

 

C’est Noël

C’était la nuit de Noël, un peu avant minuit,
A l’heure où tout est calme, même les souris.

On avait pendu nos bas devant la cheminée,
Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée.

Blottis bien au chaud dans leurs petits lits,
Les enfants sages s’étaient déjà endormis.

 Image Hosted by ImageShack.us

Maman et moi, dans nos chemises de nuit,
Venions à peine de souffler la bougie,

Quand au dehors, un bruit de clochettes,
Me fit sortir d’un coup de sous ma couette.

Filant comme une flèche vers la fenêtre,
Je scrutais tout là haut le ciel étoilé.

Image Hosted by ImageShack.us 

Au dessus de la neige, la lune étincelante,
Illuminait la nuit comme si c’était le jour.

Je n’en crus pas mes yeux quand apparut au loin,
Un traîneau et huit rennes pas plus gros que le poing,

Dirigés par un petit personnage enjoué :
C’était le Père Noël je le savais.

 Image Hosted by ImageShack.us

Ses coursiers volaient comme s’ils avaient des ailes.
Et lui chantait, afin de les encourager :
" Allez Tornade ! Allez Danseur ! Allez, Furie et Fringuant !
En avant Comète et Cupidon ! Allez Eclair et Tonnerre !
Tout droit vers ce porche, tout droit vers ce mur !
Au galop au galop mes amis ! Au triple galop ! "

 Image Hosted by ImageShack.us

Pareils aux feuilles mortes, emportées par le vent,
Qui montent vers le ciel pour franchir les obstacles ,
Les coursiers s’envolèrent, jusqu’au dessus de ma tête,
Avec le traîneau, les jouets et même le Père Noël.

Peu après j’entendis résonner sur le toit
Le piétinement fougueux de leurs petits sabots.

Une fois la fenêtre refermée, je me retournais,
Juste quand le Père Noël sortait de la cheminée.

Son habit de fourrure, ses bottes et son bonnet,
Etaient un peu salis par la cendre et la suie.

Jeté sur son épaule, un sac plein de jouets,
Lui donnait l’air d’un bien curieux marchand.

Il avait des joues roses, des fossettes charmantes,
Un nez comme une cerise et des yeux pétillants,

Une petite bouche qui souriait tout le temps,
Et une très grande barbe d’un blanc vraiment immaculé.

 Image Hosted by ImageShack.us

De sa pipe allumée coincée entre ses dents,
Montaient en tourbillons des volutes de fumée.

Il avait le visage épanoui, et son ventre tout rond
Sautait quand il riait, comme un petit ballon.

Il était si dodu, si joufflu, cet espiègle lutin,
Que je me mis malgré moi à rire derrière ma main.

Mais d’un clin d’oeil et d’un signe de la tête,
Il me fit comprendre que je ne risquais rien.

 Image Hosted by ImageShack.us

Puis sans dire un mot, car il était pressé,
Se hâta de remplir les bas, jusqu’au dernier,
Et me salua d’un doigt posé sur l’aile du nez,
Avant de disparaître dans la cheminée.

Je l’entendis ensuite siffler son bel équipage.

Ensemble ils s’envolèrent comme une plume au vent.

Avant de disparaître le Père Noël cria :
" Joyeux Noël à tous et à tous une bonne nuit "

Sergio

 Image Hosted by ImageShack.us

Noël
 
Est-ce par tradition que nous fêtons Noël,
alors que conviction devrait nous motiver?
Est-ce l’amour du Christ et de sa destinée
qui nous fait tous chanter dans un monde irréel !
Image Hosted by ImageShack.us
La divine naissance n’est-elle pas fidèle
à des festivités loin du monde chrétien !
Car combien d’entre nous ce soir là se souviennent
qu’il s’agit de l’an un de notre ère nouvelle !
Image Hosted by ImageShack.us
Une partie du monde est toute illuminée,
mais une autre partie, loin de notre croyance,
regarde comme impie la fête d’allégeance
qui nous fait adorer ce qu’ils veulent brûler
Image Hosted by ImageShack.us
Il n’y a que les enfants, éloignés du réel,
qui ouvrant leurs cadeaux au pied du sapin vert
savent bien que Noël leur apporte l’offerte
d’un vrai Père Noël tout droit venu du ciel !!
Bon noël à tous.
Sergio.
Image Hosted by ImageShack.us
 Image Hosted by ImageShack.us
 Bonne et heureuse Année 2010

Une nouvelle Année 2010

" Bonne Année / Bonne Santé "

Plus qu’un désir pour nos aimés

Le choix d’une future réalité.

Une nouvelle Année …

Un nouveau berceau pour notre humanité

Une trace, la preuve de notre destinée

L’expression d’une vie ainsi bien nommée

Vive 2010.

 

SERGIO 

 

%d blogueurs aiment cette page :