Archive for mai 2008

Le jardin

Là-bas !

Là-bas, à l’horizon où le ciel et la terre
Semblent au rendez-vous, où mon monde s’achève
Là, où dorment nos nuits, là où nos jours se lèvent
J’irai hanter ces lieux

Là bas, à l’horizon où le ciel et la mer
Unissent leur destin, là où les vagues éclosent
Là où meurent nos rêves, là où d’autres déclosent
J’irai hanter ces lieux

Au-delà des planètes, à l’infini des cieux
Loin de l’humanité, j’irai plus loin encore
Mon âme seule ira, hors mon adoré corps
S’asseoir, je l’espère dans le giron des Dieux

 

 

Ce jardin là…

Il était une fois un grand jardin, le grand jardin de ma vie. Il avait jailli, un jour d’hiver, au détour d’une rencontre.

Le papa jardin et la maman jardin avaient fait ce qu’ils croyaient le mieux à faire pour ce petit jardin inattendu. Ils lui donnèrent de l’engrais, lui apportèrent leur présence, lui proposèrent leurs attentes et leurs demandes. Ils surveillaient jalousement les pousses. Si d’aventure quelque herbe folle poussait là, elle était aussitôt arrachée.

Il fallait que tout pousse droit. Sinon, que diraient « les autres » ?

Peu de mots étaient échangés. Pour ces parents là, il n’était pas nécessaire de parler, d’exprimer. Ils avaient la croyance que tout se vit en silence, à l’intérieur, à l’abri de « l’extérieur ».

Et le petit jardin avait grandi, comme cela, sans poser de questions, en jardin obéissant, sans repères, sans mots pour se dire, sans être entendu.

Plus tard, devenu grand, le jardin rencontra un jardinier extraordinaire qui avait dans son sac de fabuleux outils. Ces outils s’appelaient :


– oser se dire,
– oser dire non,
– oser recevoir,
– oser demander,
– se relier à soi,
– se relier aux autres,
– se relier à son histoire,
– utiliser les symbolisations,
– ne pas vouloir agir sur l’autre,
– agir à son bout de la relation,
– et d’autres encore…

Enfin le jardin sentit la vie venir en lui, belle, possible.

Dans sa terre, il retrouva ses demandes jamais dites, ses désirs jamais dits, ses besoins. Il entendit, derrière les souffrances, les blessures encore ouvertes. C’était tout cela qui faisait mal, qui empêchait les racines d’aller plus loin, vers l’eau, vers la vie.

Les choses changèrent quand le jardin s’autorisa enfin à être « l’auteur » de sa vie… Des fontaines jaillirent et arrosèrent la terre. Cette terre pouvait enfin laisser venir en elle un autre regard, d’autres possibles…

Avec, au plus profond du coeur de ce jardin, une infinie tendresse, claire comme l’eau de la fontaine au printemps, lumineuse comme le soleil d’été, chaude comme l’amour offert une nuit d’hiver, légère comme un vent d’automne quand le soir tombe, une douce tendresse pour le jardinier de la vie.

Sergio

 

Publicités

Bonne Fête Maman

 

   

 

Maman !

 

Qu’il est donc noble, ce mot, et tellement significatif! Une maman est un trésor souvent caché, comme tout ce qui est précieux dans la vie.

Avec beaucoup de regret, j’aimerais que la mienne soit ici aujourd’hui, elle me manque tellement…. Et son absence se fait encore plus sentir lorsque j’ai de la peine. Quel doux soulagement je ressentais en sa présence, à son simple regard doux et aimant; toute tristesse s’envolait et le soleil réapparaissait.

Jamais personne ne pourra remplacer dans mon cœur cet être fait de tendresse et même le plus dur d’entre nous s’adoucit lorsqu’il prononce ce nom si doux à l’oreille. En présence de notre maman, nous devenons de petits enfants.

Maintenant, c’est à mon tour de faire oublier les tracas des miens avec un sourire et un regard rempli d’amour.

Que l’on soit d’un bout à l’autre du pays, de n’importe quelle couleur de peau, de langues différentes, de métiers professionnels ou non, si nous avons des enfants, c’est notre rôle de mère qui doit être primordial.

Donc, cette journée est la vôtre et vous la méritez bien, soyez-en certaines.

Dans le mot "maman" j’y vois la tendresse, des larmes, de la déception, de la fierté, mais toujours un amour inconditionnel assuré. Malgré toutes les intempéries que peut apporter la vie aux fils et filles, « maman » est toujours là.

Un de mes fils m’a souvent répété que, lorsque son pied était un peu croche, je savais comment le redresser avec un sourire de satisfaction qu’il pouvait percevoir sur mon visage. Qui donc mieux qu’une mère peut faire ce miracle d’un simple regard ?

Aujourd’hui, je suis très fière d’avoir été avant tout une mère et c’est ma récompense de les voir grandir avec sagesse. J’en remercie ma « maman » à moi qui m’a donné cette force ou ce caractère capable d’affronter un à un les petits désagréments qui ont fait d’eux ce qu’ils sont maintenant.

Être maman, c’est accepter de transmettre des valeurs à la société en lui offrant une relève saine et digne de continuer la trace de tous ceux et celles qui l’ont précédée, en lui inculquant, par-dessus tout, le sens du beau. Quel magnifique rôle, tellement important et surtout primordial pour l’avenir!

Réfléchissez-y, regardez autour de vous. Vous y verrez le travail immense accompli par ces très chères mamans.

Une rose bien méritée pour chacune d’elles en cette journée particulière pour des personnes « spéciales » qui auront fait ou feront une génération « extraordinaire »!

 Image Hosted by ImageShack.us

 

Maman chérie

Image Hosted by ImageShack.us
C’est toi


C’est toi
Qui m’a porté, m’a donné le jour
Balancé, caressé, cajolé

C’est toi
Qui depuis toujours
M’a chéri, m’a aimé, m’a bercé

C’est toi
Qui a séché mes larmes
Adouci mes peines

 Image Hosted by ImageShack.us

C’est toi
Qui m’as offert mes premières armes
Contre la vie et la déveine

C’est toi
Qui m’offres ton épaule
Quand j’ai peur et que le jour s’achève

C’est toi
Qui me consoles
Quand je fais un mauvais rêve

C’est toi
Image Hosted by ImageShack.us

Qui me supporte tout le temps
Qui me cède ce bonheur
Qui me fait sourire

C’est moi
A présent
Qui te rend cet honneur
Un peu, pour te séduire

C’est pour toi
Sincèrement
Ce petit mot de mon cœur
Juste pour le plaisir

 

Image Hosted by ImageShack.us

Bonne Fête, tout simplement
A toi, maman…

Sergio

 

%d blogueurs aiment cette page :